Entretien de la pelouse

L’entretien des pelouses en milieu résidentiel peut entraîner l’usage d’importants volumes d’engrais et de pesticides. Ces derniers, lorsqu’ils sont utilisés en zone riveraine, peuvent migrer vers les plans d’eau et causer une diminution de la qualité de la ressource.

En effet, l’enrichissement de l’eau par les éléments nutritifs contenus dans les fertilisants favorise la croissance de plantes aquatiques. Lorsque cette croissance est excessive, il peut en résulter une perturbation de l’écosystème et une perte de biodiversité. La prolifération de plantes aquatiques peut également diminuer la valeur esthétique des cours d’eau et restreindre les activités aquatiques. N’oublions pas que les apports en phosphore sont en grande partie responsables de l'apparition des algues bleu-vert qui présentent un risque pour la santé publique.

 

Quant aux pesticides, ils peuvent être toxiques pour la flore et la faune aquatique lorsqu’ils se retrouvent en importante concentration dans l’eau. Conçus pour s’attaquer à des organismes nuisibles, ils peuvent entraîner une perte de biodiversité s’ils ont impact sur des organismes non ciblés.

 

Afin de protéger la santé publique et de limiter l’impact des fertilisants et des pesticides sur l’environnement, différentes réglementations ont été adoptées. Le Code de gestion des pesticides légifère au niveau de l’usage et la vente de pesticides. De plus, certaines villes encadrent également l’usage de fertilisants via une réglementation municipale. Contactez votre municipalité afin de connaître les règlements qui s’appliquent sur votre propriété.

 

Quelles options s'offrent à vous afin de protéger votre cours d'eau?

1. Ne tondez pas la pelouse à l’intérieur de la bande riveraine.

La pelouse ne constitue pas un couvert végétal adapté pour la bande riveraine. Elle n’offre pas d’habitats et de nourriture pour la faune aquatique et riveraine et donne un rendement limité au niveau de la filtration des eaux de ruissellement.

2. Si vous devez fertiliser votre pelouse, faites-le modérément et employez des engrais à libération lente.

Les fertilisants à libération lente relâchent progressivement les éléments nutritifs dans l’environnement. Puisqu'ils sont absorbés en plus grande quantité par le sol et les plantes, leur migration vers les plans d’eau est moins probable. Il existe plusieurs variétés d’engrais de synthèse à libération lente sur le marché, mais sachez que les engrais d’origine organique et minérale offrent naturellement cette propriété. Consultez votre centre horticole.

3. Employez des engrais sans phosphore (ou à faible teneur).

Les végétaux ont besoin de 3 éléments pour croître: l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Ces éléments nutritifs sont tous susceptibles d’altérer la qualité de l’eau. Or, les végétaux ont seulement besoin de petites quantités de phosphore pour assurer leur croissance et cette quantité est souvent disponible dans le sol. L'épandage d'engrais ayant de fortes teneurs en phosphore augmente les chances que ce dernier migre vers le plan d'eau puisqu'il ne sera pas absorbé par le sol ou la plante. C’est pourquoi nous recommandons l’usage de fertilisants sans phosphore ou en contenant de faibles proportions (moins de 3 %).

Pour connaître les teneurs en éléments nutritifs des engrais, regardez l’indice N-K-P figurant sur l’emballage. Un indice de 12-3-8 signifie que le fertilisant contient 12 % d'azote, 3 % de phosphore et 8 % de potassium.

4. Privilégiez la pelouse constituée d’une bonne mixité d’espèces (graminées, trèfle, camomille, thym, etc.) afin de limiter vos besoins en eau, en engrais et en pesticides.

Une pelouse composée d’une bonne variété d’espèces présente plusieurs avantages. D’abord, elle requiert une tonte, une fertilisation et un arrosage moins fréquents que les pelouses traditionnelles. L’usage du trèfle réduit également les besoins en fertilisants et en pesticides puisqu’il a l’avantage de fixer l’azote et de prévenir l’apparition d’espèces indésirables telles que les punaises et les vers blancs.

5. Laissez les résidus de coupe du gazon sur le sol afin de réduire vos besoins en engrais.

Les résidus de tonte constituent une bonne source d'azote à libération lente pour le gazon. Ils peuvent fournir entre 25 et 50 % des besoins saisonniers d’engrais d’une pelouse. 

6. Aérez votre sol.

L’aération du sol, en réduisant la compaction du sol, favorise l'infiltration des eaux de pluies. La migration des engrais et fertilisants vers les plans d’eau est ainsi moins importante. L’aération favorise également la croissance de la pelouse ainsi que l’absorption des éléments nutritifs par le sol.

Pour savoir si votre sol a besoin d’être aéré, enfoncer un crayon à une profondeur de 10-12 cm. Si vous sentez une résistance, l’aération est recommandée. Vous n’avez qu’à extraire des carottes de terre à l’aide d’un instrument manuel ou automatique.

Source: www.aujardin.com

7. Maintenez la hauteur de votre pelouse à 7,5 cm afin de limiter la prolifération de mauvaises herbes.

Une pelouse courte est plus vulnérable à la sécheresse et aux mauvaises herbes. C’est pourquoi nous recommandons de la maintenir à une hauteur minimale de 7,5 cm. Cela vous aidera également à maintenir une bonne densité et un bon taux d’humidité dans votre gazon.

 

Référence: Gervais (2012). La réglementation municipale quant à l'utilisation de fertilisants : perspectives pour la ville de Sherbrooke.

 

Pour en savoir davantage:

La Pelouse (fiche produite par le Regroupement des Organismes de Bassins versants du Québec)

Guide d’entretien écologique de la pelouse du Jardin botanique de Montréal